Huit jours par mois ....

Publié le par Angelea

 

... dont trois où je ne suis presque pas avec eux ....

 

Parce que je travaille deux mercredi sur trois et que je ne les vois presque pas dans ces cas-là ...

 

Seulement deux week-end par mois ...

 

Seulement un vendredi sur deux où je peux les récupérer à l'école ....

 

Seulement un mardi sur deux ....

 

J'ai découvert pour la première fois le porte manteau de Kélian de l'école il y a seulement dix jours.

 

Je n'ai pas été au courant pour la réunion de rentrée de Kélian, ni pour celle de Mathis (Alors que j'avais clairement spécifié que je n'aurais pas l'information si ils ne me me prévenaient pas directement).

 

Je me sens comme dépossédée ....

 

De mon rôle de mère ...

 

Je dois à chaque fois me justifier, revendiquer mon autorité parentale, me battre pour exister ...

 

Je ne connais plus les rythmes scolaires, je ne sais plus du tout ce que c'est de les accompagner ....

 

De les préparer, de les emmener à l'école, de leur souhaiter une bonne journée.

 

J'ai l'impression de vivre ma vie en parallèle de la leur ....

 

Parfois je me mens pour occulter la douleur ....

 

Pourtant elle revient ... souvent ....

 

Quand le manque se fait trop cruel ....

 

Et que je n'ai que l'odeur d'un doudou, d'un oreiller, pour m'apaiser ....

 

On m'a "enlevé" "mes bébés" ...

 

Eux que j'ai élevé chaque jour pendant près de 11 ans.

 

Et même la grande compassion à mon égard me bouleverse ...

 

Elle me touche, me rassure, me destabilise ....

 

Parce que je me sens épaulée ....

 

Mais ô combien seule face à la réalité ....

 

Alors quand ils ont là, près de moi, je me surprends à m'arrêter ... pour les regarder ... pour réaliser qu'ils sont là ....

 

Tous les trois dans le canapé ....

 

Je les regarde et je souris ....

 

Je suis heureuse quand je suis avec "mes petits" ....

 

 

Publié dans Mes garçons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Je te souhaite que tout cela change, qu'on te laisse reprendre la place qui est la tienne, que l'on te laisse être leur môman à plein temps... Vraiment, c'est tout ce que je te souhaite... pour que
bonheur et amour viennent définitivement remplacer la tristesse et le manque qui t'envahissent au quotidien. Je pense bien à toi... Courage. Bisous ensoleillés... toujours, hein ;-)


Répondre
J

Voilà exactement les mots que je cherchais pour exprimer ce que moi même j'ai ressenti durant des années. Et je suis content de lire dans le commentaire de Valérie: " ...Qu'on peut imaginer la
souffrance du père qui serait dans la même situation" Merci pour ça...
Le temps est passé, la blessure est moins cruelle, mais le mal reste là, d'avoir "perdu" tant d'années de ses enfants.


Répondre
L

comme je te comprend profite s a fond de ses moments ma belle !!


Répondre
A

Quel post émouvant. Je n'ai pas beaucoup de mots, juste une grande admiration devant la qualité de ta présence avec eux. Je sais que tu fais le maximum quand tu les as. Je sens que dans le temps
que tu as sans eux, même si c'est très difficile, tu apprends à t'occuper de toi et devenir toi pour toi et pas seulement une maman.
Courage ! Je sens qu'ils te reviendront quand tu seras prête. En attendant je t'envoie des jolies pensées et vous souhaite un bon week end ENSEMBLE.

Anne


Répondre
C

comme ce doit etre horrible pour toi ma belle je pense très fort à toi et j'espère sincerement qu'un jour tout redeviendra "normal" une princesse n'a aps le droit d'être privé de ses "bébés"
gros bisous jolie princesse et plein de courage


Répondre